Coup de tonnerre pour le livret A ! Le gouvernement a annoncé la baisse du taux du placement préféré des français. Le livret A est un placement sûr, défiscalisé et dans lequel on peut effectuer des retraits à tout moment. On comprend qu’il attire autant les français. Bien qu’il n’existe pas de substitut direct, nous allons vous présenter quelques options pour contrer cette baisse. 

 

Pourquoi une telle initiative ? 

Le 1er février, le taux du livret A a été abaissé par le gouvernement. Il est passé de 0,75 à 0,5%. Cela veut dire qu’un épargnant au plafond de 22 950 euros, récoltera 114,75 au lieu de 172,12 euros. Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a justifié cette réduction par la stricte application de la formule de calcul décidée en 2018. Le taux du livret A doit être égal à la moyenne du taux d’inflation, soit 0,85%, et des taux des marchés monétaires (0,42%) avec un plancher à 0,5 point. Cela constitue un plancher historique. 

 

Cet ajustement pourrait pousser certains ménages à se tourner vers d’autres produits d’épargne, plus rémunérateurs mais aussi plus risqués. La baisse du livret A, souvent considéré comme une épargne de précaution, pourrait porter atteinte au pouvoir d’achat des français les moins fortunés.

 

Se tourner vers un Livret Epargne Populaire (LEP) 

La première alternative qui vient à l’esprit est le Livret Epargne Populaire. Au 1er février, son taux a également connu une baisse passant de 1,5% à 1%, soit quasiment le taux de l’inflation. Malgré cette baisse, le taux du LEP reste plus attractif que celui du livret A. Tout comme ce dernier, il est exonéré d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux. Avantage non négligeable, il est possible d’y réaliser des versements et des retraits à tout moment. 

 

L’estimant sous-utilisé, le gouvernement a donc simplifié ses conditions d’ouverture. Il n’est plus nécessaire de présenter un avis d’imposition à l’ouverture du compte ou de justifier annuellement le respect des plafonds de revenu. Il faut cependant souligner que le LEP est réservé aux personnes aux revenus modestes (au maximum 19 977 euros par an pour une personne seule). 40% des français y sont tout de même éligible alors qu’on ne compte que 7 millions de LEP ouverts aujourd’hui. Pour y palier, la Direction générale des Finances publiques enverra un e-mail à tous les bénéficiaires potentiels au printemps. 

 

Les plafonds de ressources à prendre en compte ont tout de même été revalorisés à 1% pour 2020. Il faut donc se référer à l’avis d’imposition 2019 pour connaître son éligibilité. En revanche, on ne note pas de changement pour le minimum de dépôt qui reste fixé à 30 euros et le plafond à 7700 euros. 

 

 

 

Avez-vous pensé à l’assurance vie ?

L’assurance vie en fonds euros est déjà bien connue des français puisque le montant de son encours atteint près de 1400 milliards d’euros. En 2019, il a rapporté en moyenne 1,6% net de frais de gestion. Le taux pourrait baisser légèrement en 2020. Ce n’est pas le seul avantage de l’assurance vie. En plus de son rendement intéressant, l’argent n’y est pas bloqué. Les fonds peuvent être disponible en 72 heures, selon la compagnie d’assurance.

L’assurance vie est garantie en capital. Cela signifie que l’épargne ne peut pas diminuer. Cependant, il y a bien un désavantage par rapport au livret A ou au LEP. Ce produit d’épargne n’est pas défiscalisé. Les faits sont imposés en fonction de l’âge du contrat et de la date des versements. Avec une fiscalité qui diminue 8 ans après l’ouverture, on comprend bien qu’il s’agit d’un placement long terme. 

 

On le sait, les français ont une aversion au risque. Nombreux sont ceux qui consacrent encore une grande partie de leur patrimoine financier dans des placements peu rentables. Le gouvernement affiche donc la volonté de les orienter vers des placements qui financent l’économie réelle et qui préparent vraiment leur retraite. Vous hésitez encore pour vos placements ? Vous souhaitez des conseils personnalisés ? La Protection Sociale vous répond.

Contactez-nous !