Ne soyez pas surpris(e) de sortir de chez votre médecin sans papier à partir de cette année ! L’ordonnance papier vit ses derniers instants. Pas d’inquiétude, on table sur une transition en douceur. Pour aider les médecins à évoluer vers la version électroniques, les ordonnances papier pourront être dotées d’un QR code. On vous explique tout dans cet article. 

 

L’ordonnance électronique 

Depuis juillet 2019, une expérimentation est menée dans les départements du Val-de-Marne, du Maine-et-Loire et de la Saône-et-Loire. L’ordonnance électronique de médicament se répand petit à petit. Elle sera généralisée à l’ensemble du territoire courant 2020. 

 

Ce phénomène s’inscrit dans le prolongement du dossier médical partagé, en place depuis 2011. L’objectif affiché par l’Assurance Maladie est claire : plus d’ordonnance papier d’ici 2022. Une ambition écologique quand on sait qu’en France, un milliard d’ordonnances papier sont délivrées chaque année. Mais ce n’est pas tout. L’autre but est bien sûr l’amélioration du parcours de soins du patient, de la consultation chez son médecin jusqu’à la délivrance des médicaments en pharmacie. 

 

Les avantages 

La mise en place de l’ordonnance dématérialisée est inscrite dans le volet numérique de la stratégie de transformation du système de santé « Ma Santé 2022 ». 

Elle présente un certain nombre d’avantages :

  • Favoriser le suivi à distance 
  • Améliorer la coordination entre les professionnels de santé
  • Simplifier et sécuriser le circuit de transmission de l’ordonnance
  • Renforcer la pertinence des soins.

 

Mais ce n’est pas tout ! Cette dématérialisation va également permettre aux pharmaciens de ne plus se tromper en tentant de déchiffrer les ordonnances de certains généralistes à l’écriture quasiment illisible. On peut aussi souligner que la version électronique rendre la fraude plus compliquée puisqu’il sera ainsi impossible de falsifier ou de photocopier une ordonnance. 

 

 

 

La marche à suivre

L’Assurance Maladie souhaite rassurer les médecins en soulignant que la mise en oeuvre de l’ordonnance électronique ne devrait pas perturber leurs pratiques habituelles. Et pour cause, le processus se veut facile : le médecin rédige l’ordonnance depuis sont logiciel professionnel, dans lequel sont intégrés les services de l’e-prescription. 

 

Ensuite, il enregistre son document sur une base de données sécurisée, hébergée par l’Assurance Maladie. La prescription médicale est imprimée avec un QR code qui comprend le numéro unique de la prescription, l’identité du médecin prescripteur et celle du patient. Le document est remis au patient. 

 

Celui-ci se rend alors chez son pharmacien afin de lui remettre la prescription. Le pharmacien va scanner le QR code pour extraire les informations nécessaires. Ce dernier pourra alors contrôler la cohérences des données contenues dans la base et la prescription papier. Si tout est normal, il pourra fournir au patient ses médicaments. Il enregistrera tout cela sur la base nationale de l’Assurance Maladie. 

 

Pour résumer, on peut dire que cette « ordonnance du futur » va améliorer le parcours de soin du patient, de la consultation médicale à la délivrance en pharmacie des médicaments prescrits. La généralisation de l’e-prescription pour les actes infirmiers, de kinésithérapie, de biologie et autres auxiliaires médicaux sont prévus entre 2021 et 2022.